Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm your dedicated servant [Terminée]

 :: Sur le seuil :: Les Inscriptions :: Inscriptions validées
Mar 31 Juil - 1:21
© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Luka Olsen

« How can I treat you today ? »


NOM : Olsen
PRÉNOM(S) : Luka
SURNOM : //
AGE : 68 ans réels
(20 ans d'apparence)

MILLÉSIME : 1 mai 1950
SEXE : Masculin
NATIONALITÉ : Danois
ORIENTATION : Hétérosexuel
SITUATION : Célibataire
GROUPE : Chérubins
SIGNE ASTRO : Lion
ÉLÉMENT : Terre
POUVOIRS : Stade III
OCCUPATION : Herboriste

AVATAR : Mikaela Yuakuya ~
Owari no Seraph

DC's ? Natsuko Mori ~
Hélène Magnus ~ Akirō Takahashi

CARACTÈRE & PHYSIQUE
La pureté immaculée des Chérubins donne la nausée, car tout le monde pense qu’ils sont exceptionnels, qu’ils ont tout pour eux et que rien ni personne ne leur résiste. Vous n’avez pas tout à fait tort ! Mais c’est dans leur nature, ancré au plus profonde de leur chair et surtout… c’est indépendant de leur volonté. Ils sont ce qu’ils sont, un point c’est tout. Et pour renforcer cette sensation de malaise, faisons un bref résumé de toutes ses qualités ô combien pénibles à digérer pour le commun des mortels.

Luka est le bon p’tit gars par excellence. Toujours aimable et souriant, il est un vrai rayon de Soleil sur qui les gens peuvent compter sans sourciller. Autonome dès son plus jeune âge, il a appris très tôt à se débrouiller et à pallier à toute éventualité. Sa maturité en surprend beaucoup, lui qui arbore un visage juvénile et joyeux en permanence. Minutieux et ordonné, il s’applique dans son travail afin de parfaire ses connaissances et ainsi améliorer son efficacité. De nature curieux, il s’intéresse à toute espèce végétale qui l’entoure, se permettant ainsi d’en cultiver quelques-unes. Son grand respect de la biodiversité le rend charitable et bienfaisant aux yeux des siens.

Mais sa vie ne se résume pas qu’aux plantes. Il dispose d’un cercle d’amis plutôt restreint, mais sur qui il peut avoir une entière confiance. Lorsqu’on les interroge, ils sont unanimes : Luka est le plus discret de la bande ! Mais aussi le plus intelligent. Sa grande culture en impressionne plus d’un, mais le jeune homme reste modeste et préfère mettre ce détail sur le compte de l’observation. L’un de ses amis se permet ainsi de le taquiner sur l’une de ses failles. À force d’être trop aux petits soins pour eux et de compatir à leurs malheurs, il finira par se faire avoir. Peut-être oui, mais Luka le prend avec philosophie. Sa patience et son ouverture d’esprit auront toujours raison de leurs taquineries.

Tout être de lumière qui se respecte se doit d’être irréprochable. Mais la perfection n’existe pas.  Au même titre que les humains succombent aux 7 Pêchés Capitaux, le jeune Luka arbore fièrement sept défauts. Mais lesquels ?

La première chose qui frappe en le regardant, c’est son émotivité naturelle envers tout être vivant. Mais il y a une exception à cette règle : l’être humain. Avoir grandi sous la menace des bombes lui aura appris que les hommes ne se rendent pas compte de leur chance, qu’ils préfèrent détruire pour obtenir ce qu’ils veulent plutôt que de parlementer. De ce fait, il est très rancunier envers eux. C’est à cause de l’une de ces batailles qu’il a perdu ses parents. Il soupçonne même l’implication de plusieurs Maudits dans l’opération, car c’est bien connu : anges et démons ne peuvent s’apprécier. Alors lorsqu’un humain le côtoie, il se sent complexé et tiraillé par ses préjugés négatifs à leur encontre, bien que certains valent la peine d’être sauvé.

Outre cette tâche d’encre au tableau, Luka est un garçon très perfectionniste, si ce n’est même trop. Un inconnu le trouverait pénible, surtout lorsqu’il s’agit de phytothérapie dont il est un fervent défenseur. Et s’il se lance dans sa passion, il devient extrêmement bavard, tâchant de montrer les mérites des plantes à travers le Monde. Il ne parle pas beaucoup au demeurant, sauf si ça en vaut vraiment la peine. Vis-à-vis de ses semblables, le jeune homme se fait aisément influencer par ses aînés, ce qui lui vaut quelques bêtises qu’il pourrait éviter s’il ne les écoutait pas en permanence... L’empathie envers la vieillesse !

Du haut de son mètre soixante-treize, le jeune Luka s’estime heureux de n’être ni trop grand, ni trop petit. Il a les cheveux mi-longs, bouclés et blonds comme les blés. Il refuse obstinément de se les couper, pour des raisons d’esthétique paraît-il… Ou est-ce plutôt pour conserver ce petit air juvénile qu’il apprécie ?

Sa masse corporelle n’est pas un souci pour lui. Il fait partie de la moyenne, sans pour autant se priver de ses gourmandises favorites. Quant à ses yeux, ils arborent un bleu très clair, le genre de singularité qui ferait pencher le cœur des femmes… Et à laquelle il ne croit pas. Il porte une attention toute particulière à ses ongles brillants qu’il entretient avec soin, un impératif pour cet être qui manipule des plantes au quotidien.

Question vestimentaire, Luka montre un style décontracté, le look idéal pour passer inaperçu. S’il doit se rendre présentable, il optera pour une chemise. Il préfère jouer sur son charme naturel plutôt que se pomponner, prétextant qu’il s’agit là d’une perte de temps considérable.

RACONTE MOI UNE HISTOIRE
• Copenhague, 1er Janvier 1962

Cher journal,

Godt nytår* à toi. Tels sont mes premiers mots. J’inaugure cette nouvelle année en écrivant noir sur blanc le récit qui retracera ma longue existence sur cette Terre. Ne crois pas que cela m’enchante, bien au contraire. Je me passerai bien de ce devoir jugé inutile, mais mon père insiste et ma mère est de son avis. Je ne veux pas les décevoir, pas maintenant. Alors je vais tâcher de te rendre distrayant, de faire en sorte d’y intégrer le plus de détails, afin de ne jamais oublier qui je suis. Je sais ce que tu penses… Que je ne suis qu’un gamin d’à peine onze ans sans le moindre avenir en ce bas monde… Tu te trompes. Et je te le prouverai.

* Bonne année.


• Copenhague, 17 Février 1962

Cher journal,

Pardonne-moi d’être aussi aléatoire. Je n’ai pas encore pris l’habitude de l’écriture intuitive. Oui, c’en est bien, ou est-ce que je me trompe de mot ? Peu importe, car ce que je vais te révéler aujourd’hui remonte bien avant ma propre naissance. Si tu es prêt à me lire, tu ne seras pas déçu du voyage.

Je vais te parler de mes parents, de ce couple courageux qui lutte contre le Mal depuis si longtemps. Tu dois savoir que mon père est danois, et que ma mère est russe. Je vis au Danemark, mais le pays interdit la double nationalité, ce que je trouve extrêmement dommage. Alors j’ai reçu celle de mon paternel ainsi que son patronyme. Je vois ta question venir de loin : est-ce ta mère qui a choisi ton prénom ? Oui, effectivement. Elle voulait que j’incarne son pays autrement que par ses gênes. Qu’il en soit ainsi. Je suis fier d’être un Luka, crois-moi sur parole. Je réalise que je ne t’ai pas donné leurs prénoms : Peter et Anastasia. Je les utiliserai plus souvent à l’avenir. Pour en revenir à mon récit, tu dois faire l’effort d’imaginer un tant soit peu les scènes que je vais te décrire. Même si tu n’es qu’un journal idiot, je suis sûr que tu es capable de véhiculer les émotions au travers de tes pages. Prêt ?

Juste avant que la guerre n’éclate, Peter était parti du Danemark pour son travail. Je ne sais pas de quoi il s’agissait à l’époque, mais sa fonction était fort importante. Il devait rester quelques semaines tout au plus, mais un évènement vint perturber son itinéraire : un conflit interne russe qui menaçait de faire imploser la ville. En tentant d’y mettre un terme, ses yeux emplis d’espoir croisèrent les iris effrayées d’une femme au beau milieu de la foule : Anastasia, ma mère. Dire qu’ils sont tombés sous le charme l’un de l’autre au premier regard serait une hérésie, même si j’en ai la ferme conviction. Ils ne veulent pas l’ébruiter et garder ce détail anodin sous silence. Mais moi, je préfère te le confier. Ici, ils n’iront jamais vérifier que je t’ai raconté ce secret.


• Copenhague, 3 Avril 1962

Cher journal,

Je me rends compte que j’ai oublié de préciser les circonstances de ma naissance. Ne m’en veux pas veux-tu ? Je n’ai que onze ans après tout. Et à vrai dire… je ne saurai de t’expliquer avec des mots simples, alors je vais tenter de résumer au mieux. Lorsque la guerre a éclaté, Peter n’était toujours pas rentré au Danemark, trop attaché à Anastasia. Alors il a préféré rester en Russie. Elle ne pouvait se résoudre à fuir son pays à l’époque. Mais à cause de je ne sais quelle mesure, elle a fini par céder. Elle a beaucoup pleuré son village natal, c’est ce que mon père m’a dit une fois, mais tant que la paix ne sera pas rétablie, elle ne pourra pas retourner là-bas. Elle n’est pas prisonnière au Danemark, mais elle n’imagine pas y rester. Si mes parents se séparent, je ne saurai lequel choisir…


• Copenhague, 1er Mai 1962

Cher journal,

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Tillykke med fødselsdagen* Luka ! Mes parents m’ont fait le plus beau cadeau qui soit : une encyclopédie sur la botanique. Si tu avais vu ma joie illuminer mon visage ! Mais j’ai appris autre chose aussi… Je ne suis pas un être humain comme les autres. Je dispose de dons insoupçonnés jusqu’alors, qui émergeront dans un futur proche. Je suis un ange, un serviteur du Dieu protecteur… Un chérubin de sang pur. Tels sont les mots de ma mère adorée. Elle est si fière. J’ignore encore ce que cela implique, mais je compte bien le découvrir. Mon père a promis de m’aider à accomplir mon destin. Quel est-il ? En ai-je seulement une idée ?

* Joyeux anniversaire.


• Copenhague, 11 Mai 1962

Cher journal,

Du haut de mes douze ans, je commence à comprendre les enjeux de cette guerre. Je ne veux pas en faire partie, cela me répugne. Je voudrais aider tous ces malheureux, mais je ne suis pas prêt. Je ne suis qu’au premier stade, un chérubin mineur qui ne peut prétendre à rien. Mon père m’a dévoilé mon élément de prédilection : la Terre. Comme c’est étonnant n’est-ce pas cher journal ? Moi qui suis aux petits soins de la biodiversité… Je suis aux anges.


• Copenhague, 30 Juin 1962

Cher journal,

Je suis tombé malade, moi et une poignée d’enfants de ma classe. Une épidémie de tuberculose.  J’ai bien cru mourir ! Mais je ne suis pas comme les autres… J’ai guéri plus vite, je suis devenu plus fort, plus résistant à la douleur. Certains n’ont pas eu cette chance. Je ne reverrai plus mon ami Niels. Si seulement j’avais pu le sauver…

Je me suis donné un objectif : devenir un chérubin de stade trois à ma majorité. Ma mère sait que je peux y arriver si je m’en donne les moyens. Mon père m’a prévenu que le chemin sera périlleux, qu’il me faudra des aptitudes d’apprentissage à la perfection pour tenir ce pari. Je lui en ai fait la promesse, je ne peux plus reculer. Måtte Gud holde mig* en ces temps obscurs. Je suis prêt à mettre un terme à ma scolarité si cela peut me permettre d’atteindre mon but. Tu te doutes que mes parents ne seront pas de cet avis… Ils ne veulent que mon bien, je ne peux pas les blâmer pour leur bienveillance. Je terminerai sur ces quelques mots. J’ignore quand te revoir cher journal, mais j’y réfléchirai. Dors…

* Que Dieu me garde.


• Copenhague, 15 Novembre 1963

Cher journal,

J’ai atteint le second stade de mon apprentissage. Je ne pensais pas y parvenir aussi vite ! J’ai réussi à convaincre mes parents de quitter l’école, moyennant un instructeur privé. Cela me laisse plus de temps pour atteindre mes objectifs. Et tu veux savoir la meilleure ? J’ai des ailes ! Je ne te cache pas la douleur que leur pousse m’a provoqué dans son dos… Une torture à peine descriptible. Ma mère a assisté au spectacle, mais pas mon paternel. La guerre occupe toutes ses pensées, au point de me délaisser un peu plus chaque jour. Il prétend vouloir se rattraper… J’ai du mal à le croire. Peut-être que je me fais des idées ? Seul l’avenir me le dira.


• Copenhague, 25 Décembre 1963

Cher journal,

God Jul* à toi ! En ce jour de fêtes, la famille est réunie. Je suis le plus heureux des garçons. Durant un mois, j’ai tenté la métamorphose. Le stade deux est gorgé de surprises… mais pour l’heure, je ne parviens qu’à obtenir des oreilles de biche ! Ou est-ce un cerf… ? Qu’importe ! Je progresse, et c’est la seule chose qui compte. Bientôt, je serai capable de guérir les gens d’un geste de la main. N’as-tu pas idée de ce que représente ce don ? Si seulement Niels pouvait être à mes côtés…

*Joyeux Noël.


• Copenhague, 12 Février 1964

Cher journal,

C’est décidé ! Je souhaite devenir herboriste. Oui, tu m’as bien lu… À quoi bon aider la race humaine quand on voit tout ce qu’elle détruit ? Mon père se lasse des conflits, il ne veut plus y prendre part… Je crois même qu’il veut démissionner de ses fonctions. Ma mère recommence à avoir peur pour lui, sur ce que ça implique pour nous. J’ignore les conséquences d’un tel acte. Est-ce si mal d’abandonner un travail pour le bien de sa femme et de son adolescent de quatorze ans ?

En tout cas, j’ai enfin compris comment fonctionne la métamorphose. Parfois, il m’arrive de me prêter au jeu et d’arborer mon animal. Pardon cher journal, je ne t’ai pas dit duquel il s’agit : le Wapiti. Un bel orignal en soi, mais ils sont tous partis de notre contrée à cause de la guerre. J’espère que leur famille ne s’éteindra pas à cause de leur stupidité mondiale…


• Copenhague, 9 Juin 1964

Cher journal,

Nous avons déménagé. Notre maison est en ruines… une bombe a explosé et a tout détruit. Je suis triste à un point que tu n’imagines même pas. Mon père soupçonne quelque chose, mais il n’en parle pas. Ma mère est en alerte constante, je me sens oppressé. Notre appartement est bien plus petit que ce que nous avions, mais il fera l’affaire pendant un temps. Nous n’avons pas le choix… Je n’aime pas cet inconfort. J’espère pouvoir me sortir de cette galère…


• Copenhague, 31 Octobre 1964

Cher journal,

C’est Halloween, la population tente de s’amuser comme elle peut. Nous sommes toujours dans le même trou à rat, sans possibilité de partir avant plusieurs mois. Je ne sais pas ce qui nous retient, mais je n’en peux déjà plus. Je manque d’espace, je manque d’air… je manque d’amour et d’attention. Mon père me répète sans cesse que je dois grandir plus vite. Je fais ce que je peux, mais il ne m’aide en rien. Je ne suis pas l’un de ces maudits dont il me rabâche les oreilles. S’il continue de la sorte…


• Copenhague, 21 Juillet 1969

Cher journal,

Cinq années ont passé… Oui je sais bien, je t’ai mis au placard beaucoup trop longtemps à mon goût. Mais… j’ai réussi. J’ai atteint le stade trois, l’ascension ultime. J’ai dépassé mon délai je le reconnais, mais ça en valait la peine. Mais contrairement à ce que tu imagines, je me suis débrouillé seul.

Ma relation avec mes parents s’est fortement dégradée. La Guerre Froide les a totalement possédés. Ils partent tôt le matin, rentrent tard le soir, ne passent pas un coup de téléphone ni ne prennent de mes nouvelles durant la journée. C’est à peine si je les reconnais. Leur visage s’est durci. Ils arborent des cernes si noirs qu’on dirait de l’encre. Je suis un adulte à présent, comme le voulait mon paternel. Alors pourquoi me cacher la vérité ? N’en suis-je pas digne ? Ils ne savent même pas que j’ai terminé mon apprentissage. J’hésite à leur en parler, de peur de me faire rejeter. Je pense qu’ils ont replongé, mon père en tout cas, et que ma mère a préféré le suivre dans sa folie.

Je ne supporte plus cette solitude omniprésente. J’ai travaillé trop dur pour en arriver là. Je suis un immortel ! Je me dois de participer et d’aider les plus démunis ! Mon herbier peut attendre, j’ai toute l’éternité pour m’y consacrer. C’est décidé ! Demain, je les suivrai et je résoudrai cette énigme.


• Copenhague, 22 Juillet 1969

De er døde…* Ils sont morts… Tous ces civils innocents, tous ces enfants malheureux sont morts… Je n’ai pas pu les sauver, ils étaient trop nombreux. Mes parents… mes odieux parents que je haïssais tellement… Ils sont morts… Je ne peux que pleurer leur perte à présent. J’aurai dû les soutenir ! J’aurai dû les ramener à la raison plutôt que de les laisser faire ! Pourquoi n’ai-je pas agi ? Parce que je suis resté passif. J’ai toujours été un garçon obéissant, même quand la situation la contrindiquait. Je n’ai jamais empiété dans leur vie sentimentale, moi le fruit de leur amour profond et sincère. J’ai préféré me tenir à l’écart, pensant que c’était l’alternative la plus juste. Je me suis trompé… Ils sont morts, et je ne peux que les pleurer. Ma mère est morte dans mes bras, je n’ai pas compris ce qu’elle a tenté de me dire dans un dernier souffle. Mon paternel gisait à quelques mètres d’elle, criblé de balles. Je m’en veux de ne pas avoir agi…

* Ils sont morts.

Cher journal, mon ami de papier et d’encre, je te fais la promesse solennelle de me racheter en leur offrant des funérailles décentes. Leurs corps seront réduits à l’état de poussière. Personne ne doit savoir ce qu’ils étaient autrefois. Je sais… Ils vont renaître ! C’est le principe de l’immortalité mais… Ils ne se souviendront plus de moi. Et même si des bribes leur revenaient à l’esprit, leur amour envers leur fils unique n’existe plus. Je vais devoir quitter ce pays et suivre ma propre voie. Je n’ai pas changé d’avis tu sais… Je compte mettre toute mon énergie dans la phytothérapie. Ou la médecine par les plantes si tu préfères, car il n’y a plus que ça qui compte. La race humaine m’a volé mes parents. Je ne peux pardonner cet acte immoral. La rancune me possèdera une éternité avant d’envisager une quelconque rédemption.

Comprends-moi cher journal, je dois te quitter toi aussi. Je n’écrirai plus sur tes pages froissées. Je ne te prendrai plus pour cible à chacune de mes actions. Je vais te laisser tranquille et… Tu décoreras l’une de mes étagères. Je vais te donner un usage respectable pour l’environnement. Tu verras ! Tu vas adorer le changement. Bien… c’est un adieu mon cher compagnon de chambrée. J’espère ne pas t’avoir inondé par mes discours affables ! Ce fut un plaisir. Langt liv og velstand.* Luka

* Longue vie et prospérité.


• Rosecreek, 31 Juillet 2018

L’aube. Des nuances de rose et d’orange illuminent le ciel. Sur le port, Luka profite des faibles lueurs matinales pour se promener, seul. Un sourire malicieux arbore ses lèvres. Ses yeux sont cernés, le trajet a été éprouvant. Voilà cinquante ans que le blondinet arpente les quatre coins du globe, pressé de s’atteler à sa passion pour les plantes, impatient de pouvoir concocter des remèdes curatifs, libre de soigner qui il veut, et si désireux de faire plaisir… Il est un chérubin, c’est dans sa nature. Son choix s’est posé sur Rosecreek, pourquoi ? Il n’en sait rien, elle l’a attiré voilà tout. Et il compte bien y rester un moment… Til det bedre og for værre.*

* Pour le meilleur et pour le pire.

PRÉNOM OU PSEUDO : Bloody Mary
AGE DU JOUEUR : Majeure et vaccinée
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?
Je suis la co-fondatrice !
COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ?
Un petit bijou. ♡
PRÉSENCE SUR LE FORUM : Omniprésente
LE CODE : g'nom g'nom par Natsuko
Revenir en haut Aller en bas
Luka Olsen
❅ Herboriste ❅
Luka Olsen
Messages : 45
Date d'inscription : 30/07/2018
Age : 34
Localisation : Herboristerie
Mer 1 Aoû - 0:53
Tu es validé !
Amuse-toi bien sur le forum !
Je m'auto-valide, car la co-fonda' en a le pouvoir ultime ! Cool

Tu es maintenant validé(e) ! Bienvenue parmi les chérubins ! Lorsque tu es validé(e) tu peux aller faire une demande dans le bottin d'avatars afin que personne ne puisse prendre ton personnage. Ensuite je t'invite à créer ta fiche de liens,ta fiche de répertoire de rp ainsi qu'une demande de rp si tu te sens déjà d'attaque pour rp ! Il y aura certainement quelqu'un qui voudra rp avec toi ! Bon jeu. ▬ Le Staff

______________________________

Music ✮ is the steam of art. It is to poetry what reverie is to thought, what the fluid is to the liquid, what ✮ Ocean ✮ of clouds is to ocean of waves.
Revenir en haut Aller en bas
Natsuko Mori
♛Co-Fonda & Siren♛
Natsuko Mori
Messages : 63
Date d'inscription : 07/07/2018
Age : 34
Localisation : Sous la mer
Page 1 sur 1

Sauter vers :